[./ancien_de_saint_michel_en_priziac.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Ancien ORPHELIN APPRENTI D' AUTEUIL  de l' Orphelinat Saint-Michel-en-Priziac

Les jolies colonies de vacances des ORPHELINS APPRENTIS d' AUTEUIL à l’école SAINT JACQUES de CLOHARS-CARNOËT dans les années 1950

Ecole Professionnelle Saint-Michel-en-Priziac. Cour de la Première Division.

Cette carte postale ancienne des années 20 représente la cour des primaires. Elle est telle que je l’aie connue 30 années plus tard. C’est que j’en ai usé dans cette cour des paires de sabots de bois fabriqués à l’orphelinat .

On aperçoit sur cette carte la cour des grands, les apprentis quoi !  Interdiction formelle de se mélanger. Les apprentis avaient le privilège de se procurer le lundi le journal Ouest-France mais uniquement pour les résultats sportifs...

Le lundi était également jour du ciné. Il fallait avoir une moyenne scolaire de 14 sur 30 pour accéder à la séance, sinon : en salle de colle.

Mon meilleur souvenir cinéphile : " L’Homme des vallées perdues " . Le lendemain nous étions tous " Shane " le héros de ce western interprété par Alan Ladd.

La violence d’un autre western a été fatale à notre soirée ciné à nous les sections. C’est ainsi qu’en pleine projection du film les lumières se sont allumées et le père a demandé aux primaires d’évacuer la salle...D’après ce qui m a été dit par la suite, le western comportait une scène de tuerie d’indiens par des tuniques bleues. Plutôt que de couper ce que nous ne devions pas voir le projectionniste avait préféré nous faire regagner notre dortoir. Je ne me souviens plus exactement du nom de ce film.


Autre type de violence des images réprimée également à l'encontre des primaires :


Je m'étais procuré deux images de la taille d'un timbre poste, que l'on trouvaient dans les emballages de gommes à macher , dont l'une représentait GINA LOLLOBRIGIDA .

L' apercevant dans mes mains un père me l'a immédiatement confisquée en me permettant toutefois de conserver l'autre , FERNANDEL  !  Et le père de m'expliquer que je n avais pas droit aux images de dames ayant des décolletés .

Il a toutefois omis de me préciser en quoi consistait ce fameux " décolleté " interdit .

Et oui, aussi invraisemblable que cela puisse paraitre en 2007, mes années d'enfermement n'avait pas dégrossi le mâle en devenir

A mon retour à la liberté , j'ignorais complètement les marques d'automobiles . J'étais incapable de distinguer une quatre chevaux Renault d'une DS Citroën . C'est que l'on était bien isolés à Saint-Michel-en-Priziac , et bien tenus également ! ! !

" Pour devenir intelligents , nous devons être aimés ."

( Boris CYRULNIK  . De chair et d' âme . Odile Jacob. Septembre 2006 . )
ORPHELINAT SAINT-MICHEL par LANGONNET ( Morbihan ) La salle de Théatre et le Cinéma .

Editions Studio R. BINET - G. MIODON - Saint Brieuc .


Ah ! le film du lundi , mais gare aux piliers en plein dans la vue des mal placés . .
Ancien ORPHELIN APPRENTI d' AUTEUIL . L 'école professionnelle SAINT-MICHEL-en-PRIZIAC

Quelques cartes postales anciennes de l' école professionnelle ( 1 ) . Collection VILLARD Quimper . ( 1 ) Autre nom donné à L' Orphelinat SAINT-MICHEL .
 SAINT-MICHEL-en-PRIZIAC. Le réfectoire . Carte n° 13  .

C'est dans ce réfectoire à l'aspect assez austère que nous prenions nos 3 repas quotidiens .

Le plat  principal étant la fameuse " COCHE COCHE " . Je suis persuadé que déja à l'époque de cette photo le cuisinier  connaissait déja la recette de ce mets mythique et renommé chez tous les internes de SAINT-MICHEL , qui m'a suivi toute la durée de mon séjour en ce lieu .

Le matin , en guise de petit déjeuner , un breuvage constitué de lait aromatisé d' un ersatz  de café dans lequel flottaient quelques rares tranches de pain nous était servi dans une gamelle en aluminium au large rebord.


Ci-dessous la cuisine de l' Orphelinat Saint-Michel-en-Priziac .
Les jolies colonies de vacances des ORPHELINS APPRENTIS d' AUTEUIL à l’école SAINT JACQUES de CLOHARS-CARNOËT dans les années 1950
  
Les jolies colonies de vacances des ORPHELINS APPRENTIS d' AUTEUIL à l’école SAINT JACQUES de CLOHARS-CARNOËT dans les années 1950

Passer un mois de vacances à Clohars était le privilège des enfants qui ne partaient pas dans leurs familles , et j’en faisais partie .

Nous n’étions guère nombreux , vraisemblablement moins d’une trentaine, primaires et apprentis . Mais quel plaisir de se rendre chaque jour à la plage du Kérou . Il me semble que tout ait été mis en oeuvre par les Pères pour nous faire oublier que nous ne verrions pas nos familles durant les vacances d’été .

 Aussi, il ne me reste que de très bons souvenirs de ces deux mois d’août 1954 et 1955 à Clohars. Déja l’ordinaire était considérablement amélioré. La " coche-coche ", une mixture peu ragoûtante composée en grande partie de pommes de terre cuites dans la margarine, plat principal à l’orphelinat , dont chaque ancien ne peut que se souvenir ne figurait pas au menu de Saint Jacques. Ici ,on avait même parfois droit à du bon cidre.

Le 15 août , après la messe, on nous invitait à embarquer sur un bateau au port de Doélan pour assister à la bénédiction de la mer. L’après-midi l’abbé nous distribuait des jetons de manèges généreusement offerts par les forains, ce qui nous permettait quelques tours d’auto-tampons à la fête foraine annuelle de Clohars.

Je me souviens également qu’une année, grâce à la générosité du directeur du cirque Pinder, nous avons pu assister à une représentation en soirée du cirque qui se produisait au Pouldu .

Autre souvenir ; la visite de la sardinerie Larzul au port de Doëlan ( devenue par la suite Capitaine Cook ) . C’est monsieur Pierre Le Thoër instituteur à l’école Saint Jacques qui avait pris sur son temps pour nous y emmener.

..........................................................


Les anciens de Saint Jacques se souviendront parfaitement de la chanson que nous chantions à tue tête sur la petite route qui nous menait chaque jour à la plage du Kérou. Je reproduis ci-après les paroles qui sont encore gravées dans ma mémoire.


Les colos, les colos de-e Saint Michel
A l’école de Saint Jacques ont fixé leurs quartiers-oué
Pour revoir le Kérou sa plage ses rochers
Ils ont dit au revoir Saint Mich’
La section, l’atelier.
Et comme ils ne craignent pas la marche à pied
Sur les chemins Bretons ont les verra passer.
..............................................................
Voila ,voila,voila Saint Mich’ qui passe
Voila, voila,voila Saint Mich’ passé.

Et l’on recommence
L’école Saint Jacques telle que je l’aie connue. Avec son mur élevé et sa grande porte en bois elle me paraissait imprenable. Je la comparais à un fort de film western.

Groupe d ‘éclésiastiques en visite à Saint Jacques dans les années 50.

De gauche à droite sur la photo .

1- Monsieur Pierre Le Thoër ,instituteur puis directeur de l’école de 1962 à 1964. ( guide occasionnel lors de cette visite à la colonie de vacances des Orphelins-Apprentis d’Auteuil de l’établissement Saint-Michel-En-Priziac.)
2- L’Abbé Le Corre, directeur de la colonie.
3- L’Abbé Briol, Vicaire de Clohars.
4- L’Abbé Roignant , autre Vicaire de Clohars.
5- L’Abbé Cotten, Recteur à Clohars.
6- Un évèque missionnaire en provenance de l Abbaye de Langonnet ,non identifié,
7- Un Père qui faisait également partie de l’encadrement de la colonie qui n’a pu être encore identifié.
8- Le R.P.Emmanuel Jézo, directeur le l’Orphelinat Saint-Michel.
Enfin, l’Abbé Le Braz, directeur de l’école Saint Jacques.

( Je remercie M. Le Thoër pour la photo.)

Maison pour Tous ou Maison des Associations de Clohars Carnoët ,anciennement école Saint Jacques.

L’école Saint Jacques maintenant fermée était assez excentrée puisque située à un kilomètre environ du bourg de Clohars Carnoët , en un lieu nommé Locoïc.

Le bâtiment fut d’abord un manoir puis un presbytère avant de devenir école libre en 1883. Il a été racheté par la commune et magnifiquement réhabilité comme en témoigne son aspect actuel.

(Photo découverte sur le Web )