[./index.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Kriegsgefangene in frankreich Feldwebel Willy STEMLER  Flak/Luftwaffe - P.G.A . N° 736090 ( 29/04/1945 - 27/12/1947 )
C'est au tout début d'octobre 1942 que mon père a été affecté à la Flak Artillerie Schießplatz Kommandantur Penmarch d'où il est parti le 2 mai 1944 , vraisemblablement pour renforcer la frontière allemande .

Mon père était un soldat enrôlé dans l'armée Allemande, qui s'est trouvé engagé dans le conflit , comme des millions d'autres citoyens de son pays . Ce n'était pas un nazi , son dossier militaire en témoigne .  ( Merci à Madame Marie-Cécile ZIPPERLING de la WASt  )

Avant la guerre il était " agent commercial " . Il aura cependant combattu dans l'armée Allemande jusqu'au bout . Jusqu' à la fin de la guerre . S'il avait combattu dans les troupes françaises , il aurait alors été vraisemblablement considéré comme un héros . Mais voilà , pour ceux qui me liront , il était du mauvais côté . Pas évident d'être le fils d'un soldat ennemi !

Le 29 avril 1945 ( 9 jours avant la capitulation de l'Allemagne ) Willy STEMLER a été fait prisonnier par les troupes alliées , plus précisément par le 2 ème escadron du Premier Régiment Etranger de Cavalerie si l'on se réfère au récit de la prise de la ville de FRIEDRICHSHAFEN,  à découvrir sur internet à la page :

 http://legioncavalerie.free.fr/fr/prise.htm

" LA PRISE DE FRIEDRICHSHAFEN PAR LE 2° ESCADRON DU 1° REGIMENT ETRANGER DE CAVALERIE " .


En lisant ce long  et passionnant témoignage vous découvrirez la " supercherie " mise en oeuvre par le Lieutenant GAUTIER dont l'audace a permis la capture sans combat des 1250 soldats Allemands , voire davantage , retranchés dans la ville .

Mon père alors adjudant figurait parmi ces troupes Allemandes présentes dans la ville de FRIEDRICHSHAFEN .

C'est donc grâce au courage héroïque du Lieutenant GAUTIER du 1er REC et à ses hommes  auxquels je témoigne ici toute ma gratitude et ma reconnaissance ainsi que mon estime, que mon père a survécu à la guerre .

Je sais maintenant que papa est resté en captivité en France jusqu'à sa libération le 26 décembre 1947 .

le FELDWEBEL Willy STEMLER de la FLAK-LUFTWAFFE a ensuite regagné l'Allemagne après une détention de 32 mois effectuée dans différents camps du territoire français .( dont quelques mois en 1947 employés à des travaux agricoles en MOSELLE ) .

Quelques jours après sa capture il a été transféré au dépôt de Prisonniers de Guerre 51 à Orléans . ( mai 1945 - novembre 1946 )

Ensuite ce fut le dépôt 222 à NOISY LE GRAND ( novembre 1946 - mars 1947 )

Enfin le dépôt 211 à METZ ( mars 1947 - décembre 1947)

De mars 1947 à sa libération en fin d'année il a été employé dans 5 exploitations agricoles  situées en Moselle, dans  les communes de : LUPPY - LANEUVEVILLE - CRAINCOURT - LES ETANGS et ROUPELDANGE . Il a vraisemblablement été fort apprécié dans la ferme qui l'employait à ROUPELDANGE puisqu'il y est resté du 31 juillet 1947 au 1er décembre 1947 . Il faut dire que dans le village de ROUPELDANGE on s'exprimait alors dans un patois proche de l' Allemand , ce qui n'était pas le cas dans les autres villages cités . J'ai recueilli cette information sur place .

J'ignore qu'elles ont été les conséquences de son évasion en mars 1947 ( aussitôt repris ) sur la durée de sa captivité . Il est certain que cette courte évasion ne lui aura pas interdit les travaux agricoles .

Le 26 décembre 1947 il lui a été remis au dépôt 211 des PGA la somme de 2.069,80 francs

Enfin , selon ma tante ( soeur de papa ) c'est un homme méconnaissable , totalement différent et terriblement marqué qui a regagné
l' Allemagne au terme de plus de 8 années de guerre et de captivité .

Ma tante m'a aussi rapporté que papa avait écrit personnellement au général Dwight EISENHOWER sans qu'elle ne puisse m'en dire davantage .

Il est vraisemblable que mon père ait adressé cette lettre au Commandant en Chef des Forces Alliées en Europe afin de lui signaler les épouvantables conditions de captivité dont avaient à pâtir les soldats Allemands prisonniers de guerre en France .

Ma tante se souvient que c'est un frère complètement détruit qu'elle a retrouvé fin 1947 . Mon père allait alors sur ses 40 ans .

Cette lettre , adressée au général Dwight EISENHOWER par le PGA Willy STEMLER doit bien figurer dans des archives quelque part .

Spontanément ma tante m'a informé que vers la fin de sa vie mon père avait manifesté à plusieurs reprises son intention de me rechercher , mais le courage lui aura fait défaut . Il est vrai aussi que par décision de justice du tribunal de Dinan j'ai perdu mon nom de naissance .  C'est donc le nom de jeune fille de ma mère HERVY que je porte aujourd'hui . Un patronyme que papa ne connaissait pas .

Encore une maigre consolation ;  je sais aussi que mon père avait signalé mon existence à son notaire de Mannheim . C'est ma tante qui me l'a encore confié . Ce fait a été évoqué lors du décès de papa en 1985 . Personne ne savait si j'étais toujours vivant , ni où je demeurais et comme je ne m'étais pas évidemment manifesté depuis 43 ans , mon absence n'a pas été considérée comme un obstacle au bon déroulement de la succession ( loin d'être princière ) de Willy STEMLER .
Willy STEMLER juste avant la guerre .
Kriegsgefangene in frankreich Feldwebel Willy STEMLER  Flak/Luftwaffe .Gefangenennummer 736 090 . Papa en mai 1945 .

Le plus douloureux dans la photo de droite , c'est le regard de mon père tout autant insoutenable qu'il me fascine . Il y a dans ses yeux une expression que je ne pourrai jamais oublier .