[./index.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Suite à un dépistage antituberculeux effectué au Dispensaire de la rue du Jerzual à DINAN je me retrouve au Préventorium Hélio-Marin de
SAINT-LAURENT en Plérin . Côtes-du Nord  ( OEUVRE ANTITUBERCULEUSE DES COTES-DU-NORD ) , où je séjourne deux ans de 1950 à 1952 , avant d'être envoyé dans un autre préventorium bien moins " iodé "  situé cette fois en pleine terre , à  La Selle Craonnaise , dans la Mayenne
                         
                        
A l'entrée du Préventorium SAINT-LAURENT de la MER  en PLERIN ( près de SAINT-BRIEUC )  le Lazaret qui ne fonctionnait plus en tant que tel en 1950 à mon arrivée .

A droite ce que j' appelais l' infirmerie ( le bloc médico-social )  où j'ai d' ailleurs séjourné quelques jours pour vraisemblablement un simple refroidissement .

C'est sous l'infirmerie qu'était située la salle de cinéma . Je me souviens avoir vu uniquement des films de guerre . Ceux qui étaient punis , pour ne pas échapper à la vigilence des monitrices étaient placés juste derrière l' écran . Il suffisait alors de lever la tête pour voir la totalité du spectacle à l'envers bien sûr .

  
Petit rappel aux familles des horaires et jours des visites .

Le trousseau exigé : 1 béret basque , 1 paire de souliers . . .  et pour l'hiver une paire de sabots avec chaussons .
J'ai retrouvé ce bulletin de prolongation de séjour d'une durée de 6 mois daté du 15 juin 1951 ce qui porte ma sortie à la fin de 1951 , sauf renouvellement de ladite prolongation .

Pas de chance car une précédente correspondance du 11/10/1950 dans laquelle il était précisé que je demandais ma date sortie du préventorium , maman était informée que mon séjour était prévu pour une durée de 6 mois et qu'en conséquence je ne pouvais envisager de quitter l établissement de soins avant le 29 janvier 1951 .

Petite consolation , sur le premier bulletin de santé figurant dans une liasse dont je viens seulement d' oter l'épingle rouillée, il fait mention que mon état de santé est jugé " satisfaisant "  . Primo-infection en voie de guérison ?

Poids à l'entrée du Préventorium Hélio-Marin de SAINT-LAURENT de l' enfant Hervy Bertrand  : 23 kilos 600 et le 27 septembre 1950 : 24 kilos 700
J'ai agrandi cette photo de 1950 / 1951 ou 1952 prise au PREVENTORIUM HELIO-MARIN de SAINT-LAURENT en Plérin ( Côtes-du-Nord ) J' espère que
quelques-uns de mes camarades de ce début des années 50 se reconnaitront . 

Sur ce cliché 19 jeunes internes du préventorium HELIO-MARIN de SAINT-LAURENT en Plérin et la monitrice . Photo prise le long du mur situé au nord de l'enceinte du préventorium .

Allez les anciens de SAINT LAURENT DE LA MER un petit effort !

Peut-être que ce seront vos enfants ou petits enfants qui vous reconnaitront si vous ne possédez pas internet .
Seconde photo mise expressément à la disposition de ceux qui ont été pensionnaires du PREVENTORIUM HELIO-MARIN de SAINT-LAURENT en Plérin dans les deux premières années de 1950 .

Je porte une blouse ici , au premier rang . J'ai conservé l'épi qui masque mon front .

Nous sommes 21 internes du PREVENTORIUM HELIO-MARIN de SAINT-LAURENT en Plérin sur cette photo prise au même endroit que la précédente , vraisemblablement l' année suivante , et toujours le soleil de face !

Mais lequel d'entre-vous m'a entrainé aux douches des filles et à soulevé le rideau d'une petite brunette qui s'est mise à hurler nous faisant fuir à toute vitesse ?
Maman est venue me rendre visite au cours de mes deux années passées au PREVENTORIUM HELIO-MARIN de SAINT-LAURENT en Plérin.

Il me reste quelques photos en témoignage de cette unique visite ( qui ne sera jamais renouvelée sur mes  5 ans d'éloignement du domicile )

La photo de gauche a été prise sur la plage de SAINT-LAURENT DE LA MER . Je tiens par l'épaule mon demi-frère qui n'est pas un enfant de la guerre lui .

A droite , c' est une monitrice qui à bien voulu immortaliser cette visite en nous prenant en photo à l'angle du bâtiment appelé le bloc médico-social . Cette même monitrice qui une fois la visite terminée m' a demandé si ce n'était pas ma soeur qui était venue me rendre visite . Plutôt flatteur pour maman .


Le climat iodé de SAINT-LAURENT en Plérin ne me convenant pas le corps médical a alors décidé de me changer de prévotorium . Ainsi , quelques mois plus tard je me trouvais pour un an cette fois au préventorium SAINT-AMADOUR à LA SELLE CRAONNAISE dans la Mayenne .

Selon le bulletin de santé ci-dessous le 2 février 1953 je pesais 30 kilos 500 pour 1 m 37 . ( Le bulletin du 10 août 1953 donne 36 kilos pour 1 mêtre 41 . Petit bémol : aucune modification appréciable aux poumons .

Il semble que je m' habitue bien à la vie à Saint-Amadour selon les termes du Médecin Chef le Docteur Pierre MARTIN .


Mais ma vie en pension n'est pas terminée après ces trois années en préventorium , puisque , dès ma sortie de SAINT-AMADOUR  je prendrai le maximum de la sanction  pour être simplement un fils de Boche : L' Orphelinat Saint-Michel en Priziac , pour deux ans , sans aucune visite . Séjour initialement prévu jusqu' à mes 18 ans s'est terminé la veille de mes 14 ans . Heureusement !

Décidément les Saints censés me protéger se suivent en ces années 50 : SAINT-LAURENT , SAINT-AMADOUR , SAINT-MICHEL . . . . ............................
PREVENTORIUM HELIO-MARIN de SAINT-LAURENTde la MER en Plérin Vue aérienne GABY ( années 50 ) . Les 3 cours de jeux ( garçons ) séparées par un muret . Une cicatrice sur mon crane témoigne d'une chute en passant d'une cour à l'autre . Le bâtiment des garçons avec dortoirs et les classes . Le lazaret est dissimulé par les pins . L'infirmerie ( bloc médico-social ) en haut des bâtiments . Au centre le jardin avec les réfectoires attenants .
PREVENTORIUM HELIO-MARIN de SAINT-LAURENT en Plérin . Vue sur la pointe du Roselier à marée haute . La mini- plage que vous apercevez au bout de la pointe appelée dans les années 50 par tous les pensionnaires du préventorium la TACHE BLANCHE . Le sol de la TACHE BLANCHE est recouvert de brisures de coquillages d'où cette couleur blanche du plus bel effet au soleil .

Un endroit de jeux éminemment apprécié par les petits soldats que nous étions 5 ans après la guerre : le blockhaus ( ou un bâtiment ayant cet aspect ) de la pointe du Roselier encore ouvert à tous , où il nous arrivait de jouer , à " la petite guerre " .

Que de rumeurs circulaient le soir dans le dortoir concernant la découverte d'armes dans ce blockhaus . Des petits vantards ( que nous étions tous ) prétendaient avoir trouvé des pistolets Mauser dans les ruines mais ils étaient bien évidemment incapables de les montrer .

Dans le guide touristique Féérie Bretonne en Côtes-du-Nord  ( Imprimerie Bargain Quimper 1958 )  j'ai appris à la page 97 :  " Saint-Laurent de la Mer " , que
l' Armée Allemande avait disposé sur la pointe du Roselier dans des aménagements bétonnés :

2 batteries de FLAK 36 pour défendre l'entrée de Saint-Brieuc .

Et Jean Hardé l'auteur du texte d' ajouter : " L' occupant y a laissé également les traces facheuses de sa stratégie " .

Le FLAK 36 canon anti-aérien de 88 mm, modèle bien connu de mon père Willy STEMLER de la LUFTWAFFE .

Je me souviens que durant mon séjour un garçon plus âgé est tombé de la falaise vers Les Rosaires . J'ai vu l' harnachement dorsal qu ' il portait pour lui permettre de se reconstituer . Impressionnant et surtout une bonne mise en garde pour nous jeunes audacieux qui n'hésitions pas à braver l' équilibre sur les rochers escarpés de la pointe du Roselier  .
Facture du 20 juin 1951 adressée à maman qui doit au  PREVENTORIUM HELIO-MARIN de SAINT-LAURENT en Plérin des frais de coiffeur , cartes postales , cordonnier et timbres 718 francs . Une autre facture du 21 septembre suivant précisait : Espadrilles 180 francs , coiffeur 50 francs et timbres 30 francs .
  
Vers 1978 , sur la route de la pointe du Roselier un panneau routier annonce La VILLE-HERVY . ( En arrière plan la baie de SAINT-BRIEUC  ) Adossé à ce panneau un garçon de 14 ans environ qui se nomme lui aussi HERVY . Agréable coïncidence pour la photo . J'étais revenu au préventorium , en famille , comme en pélérinage , 25 ans après mon séjour . Hélas , l' établissement de soins n' autorisait aucune visite .
Cette carte routière Michelin de 1945 indique parfaitement le préventorium de Saint-Laurent , situé dans une zone côtière en cours de déminage comme l'indique la légende . Ces zones minées disparaîtont de la carte dans la nouvelle édition avec mise à jour, en 1947 .
Sur cette  autre carte routière de LA BRETAGNE au 1/200.000 du Service Géographique de l' Armée , tirage de juillet 1929 , offerte par SHELL-MOTO Naphta ,
j' indique à l'aide d'une flèche l' emplacement du préventorium de Saint-Laurent-de-la-Mer en Plérin .

Cette carte signale en outre un PHARE sur la POINTE DU ROSELIER et non un Sémaphore ( détruit par l' Occupant pendant la guerre )

La BRETAGNE Carte Officielle du Service Géographique de l' Armée . France-Tourisme 7 , place du Palais-Bourbon PARIS ( extrait : La baie de Saint-Brieuc )